L’Université de Pau et des Pays de l’Adour: un demi-siècle d'Histoire

L'Université de Pau et des Pays de l’Adour : un demi-siècle d'Histoire

Victor Pereira

Cet ouvrage "anniversaire" collectif réunit près de 70 contributeurs et retrace les différentes facettes de l’histoire de l’université et des territoires dans lesquels elle est implantée depuis 50ans.

Lire la suite

[En vidéo] L'UPPA aux rencontres littéraires "Les idées mènent le monde 2022"(Re)Voir les conférences

Les rencontres littéraires de Pau, Les idées mènent le monde , qui ont pour thème cette année "l'Envie de vivre" se dérouleront du 18 au 20 novembre 2022. L’Université de Pau et des Pays de l’Adour participe, comme à chacune de ses éditions, à ce rendez-vous incontournable de la saison culturelle paloise.

 

L'UPPA renouvelle sa participation à cet événement, à deux titres :

  • intervenant, sous forme d'animations, lectures, des enseignants-chercheurs de l'université proposeront des conférences débats, sur le thème défini pour cette édition 2022 ;
  • exposant : présentation des derniers ouvrages publiés, aux Presses Universitaires de Pau et Pays de l'Adour (PUPPA), et par les auteurs.

Les invités 2022 de l’UPPA

  • Jacques Le Cacheux, Professeur en Économie
  • Evelyne Barthou, Maîtresse de conférences en Sociologie
  • Maxime Duviau, Docteur en Sociologie
  • Jean-Philippe Colin, Professeur agrégé de Biologie animale
  • Olivier Bessy, Professeur en Sociologie - Aménagement
  • Jacky Cresson, Professeur de Mathématiques
  • Franck Miroux, Professeur agrégé d’anglais et docteur en études anglophones
  • Jamal Bouoiyour, Maître de conférences en Économie
  • Victor Pereira, Maître de conférences en Histoire
  • Laurent Gallon, Maître de conférences en Sciences de l'Informatique
  • Hans Hartje, Maître de conférences en Littérature
  • Olivier Mannoni, Traducteur d'Allemand - Récipiendaire du prestigieux prix Eugen-Helmlé

Retrouvez les conférences des intervenants de l'UPPA en vidéo !

  1. Conférence présentée le vendredi 18 novembre de 18h00 à 19h00 par Jacques le Cacheux, Professeur en Économie.

    Résumé : L’alimentation est une fonction vitale ; et nous sommes ce que nous mangeons. L’agriculture, l’industrie agro-alimentaire et la distribution sont aujourd’hui un secteur économique très consommateur de ressources naturelles et une source importante d’émissions de gaz à effet de serre ; certaines de ses pratiques nuisent gravement à la biodiversité, et même à la santé humaine. Comment y remédier et jouir d’une alimentation plus saine et produite de manière plus conforme aux exigences des milieux naturels ?

  2. Conférence présentée le vendredi 18 novembre de 19h30 à 20h30 par Evelyne Barthou, Maîtresse de conférences en Sociologie.

    Résumé : La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a eu des effets considérables sur la population mondiale, accroissant les inégalités et ce, avec des incidences très nettes sur les modes de vie et la santé mentale de nombreuses personnes. Cependant, cette crise sanitaire a également eu des effets positifs, permettant pour beaucoup une décélération, une réflexion sur soi, son rapport au travail mais aussi à la famille. Elle a enfin nourri de vraies envies de changement et de vivre autrement.

  3. Conférence présentée le vendredi 18 novembre de 21h00 à 22h00 par Maxime Duviau, Docteur en Sociologie.

    Résumé : L’automobile peut être appréhendée comme un costume, à certains égards, une seconde peau. Elle est une prothèse palliative, un outil — en tant qu’extension utile de soi — au sens de Leroi-Gourhan (1983). Néanmoins, assurément, elle est bien davantage qu’un simple moyen de transport. Elle s’investit, particulièrement dans cette période qu’est la jeunesse. Si certains n’y apportent que peu d’importance, elle est un de ces premiers espaces à soi, et autorise d’aller vite et loin. Cependant, si conduire c’est parfois « exister », au volant et à chaque instant, l’automobiliste risque sa vie et son image.

  4. Conférence présentée le samedi 19 novembre de 10h30 à 11h30 par Jean-Philippe Colin, Professeur agrégé de Biologie animale.

    Résumé : Le dessin scientifique (et naturaliste) comme moyen de transmettre une information a connu son âge d’or à une époque où la photographie n’existait pas. Pourtant, aujourd’hui encore, des scientifiques dessinent. Quelles peuvent bien être leurs motivations ? 
    Bioctobre est un projet d’illustration scientifique dérivé du challenge Inktober qui confronte Art et Sciences naturelles à l’heure des réseaux sociaux.

  5. Conférence présentée le samedi 19 novembre de 12h00 à 13h00 par Olivier Bessy, Professeur en Sociologie - Aménagement.

    Résumé : Si l’envie de vivre n’a jamais été aussi forte en cette période de crises multiples, l’individu doit accomplir aujourd’hui un travail identitaire considérable pour exister dans une société de plus en plus complexe, dérégulée et incertaine. La vie se transforme en maladie identitaire chronique. A l’individu conforme appliquant les normes de son milieu, s’est substitué l’individu trajectoire à la recherche de son identité personnelle. C’est bien parce qu’il y a crise, mise en flottement des repères de définition de soi que se développe avec autant de vigueur la quête identitaire. Marcel Gauchet résume ces propos en parlant d’une « mutation anthropologique » pour définir cette nouvelle période quand « les identités corporelles, temporelles et institutionnelles des êtres sont affectées à ce point ».

    Pratique apparemment anodine, la course à pied permet de tracer son chemin d’existence dans la mesure où elle se recompose en permanence afin de s’adapter aux mutations sociétales. Elle peut être considérée comme un espace/temps symbolique de valorisation de soi car elle favorise de multiples formes de constructions identitaires (hédoniste, performative, réflexive, écologique…) grâce auxquelles tous les coureurs des plus aguerris aux amateurs peuvent s’exprimer. Participer à une simple course comme la Féminine de Pau, ou a fortiori finir un marathon, un 100km ou un ultra-trail permet aux participants d’en retirer des bénéfices symboliques en matière de quête existentielle.

    Mais ce besoin de se dépasser, cette obligation à se sublimer, cette injonction à faire constamment la preuve de son existence, n’installent-t-ils pas l’individu dans une sorte de fiction hypermoderne ?

  6. Conférence présentée le samedi 19 novembre de 13h30 à 14h30 par Jacky Cresson, Professeur de Mathématiques.

  7. Conférence présentée le samedi 19 novembre de 15h00 à 16h00 par Franck Miroux, Professeur agrégé d’anglais et docteur en études anglophones.

    Résumé : Cette conférence se propose de faire un point sur la situation des langues autochtones dans un Canada où les structures coloniales persistent. Après plus d’un siècle et demi de politiques assimilationnistes, nous verrons que des initiatives fédérales, régionales et tribales tentent d’enrayer la disparition accélérée de ces langues. Nous nous intéresserons également au rôle de certains artistes autochtones dans la survivance de ces langues et, par conséquent, des cultures et des identités qu’elles véhiculent.

  8. Conférence présentée le samedi 19 novembre de 16h30 à 17h30 par Jamal Bouoiyour, Maître de conférences en Économie.

    Résumé : Nous vivons dans un monde où les discriminions sont légion (discrimination liée à l’origine sociale, à l’origine ethnique, au handicap, au sexe etc.). A cela, il faut rajouter les différentes crises politiques, sanitaires et climatiques jamais connues auparavant. Avouez qu’il y a de quoi désespérer les plus optimistes. Continuer à ressasser ces problèmes et crises est mortifère. L’envie de vivre doit l’emporter sur toutes ces considérations. Certes, la loi morale détermine des balises sociales acceptés, non sans difficulté, par l’ensemble des citoyens. Cependant, elles ne seront efficaces que si elles sont intériorisées par le plus grand nombre. Et cette intériorisation ne peut advenir que par la reconnaissance des limites du soi. La place donnée à l’Autre est le point cardinal de toute vie en société. Le monde nouveau que nous devons construire doit être basé sur la conviction de chercher une harmonie pour atteindre le bonheur d’exister.

  9. Conférence présentée le dimanche 20 novembre de 10h30 à 11h30 par Victor Peirera, Maître de conférences en Histoire.

    Résumé : En octobre 2021, Aristides de Sousa Mendes a eu les honneurs du Panthéon national portugais. Cette reconnaissance posthume contraste avec le dénuement dans lequel il a vécu à la fin de sa vie et l’oubli dans lequel il est tombé pendant plusieurs décennies. Quelle fut l’action de ce diplomate à Bordeaux et au Pays basque en juin 1940, action qui lui valut d’être reconnu comme Juste parmi les nations en 1966 ? Et pourquoi fut-il puni par le gouvernement portugais dirigé par le dictateur Salazar ?

  10. Conférence présentée le dimanche 20 novembre de 13h30 à 14h30 par Laurent Gallon, Maître de conférences en Sciences de l'Informatique.

    Résumé : Cette intervention aborde l'utilisation de robots de téléprésence pour permettre aux élèves éloignés longuement de leur établissement scolaire pour des raisons de santé, d’assouvir leur désir de vivre leur vie d'élève, en recouvrant le lien social avec leurs camarades et l'écosystème éducatif. L’intervention réunit des acteurs du terrain et des chercheurs, qui expliqueront comment on déploie un tel dispositif, ainsi que l'impact qu’il a sur la vie quotidienne des élèves empêchés. Une démonstration d'un robot de téléprésence sera réalisée sur scène.

  11. Conférence présentée le dimanche 20 novembre de 15h00 à 16h00 par Hans Hartje, Maître de conférences en Littérature & Olivier Mannoni, Traducteur d'Allemand récipiendaire du prestigieux prix Eugen-Helmlé.

    Résumé : « Il faut bien comprendre que traduire Mein Kampf revient à porter un double poids. D’abord, il y a la charge du texte lui-même, un texte poisseux sur la forme, immonde sur le fond, un texte mensonger, paranoïaque, violent et d’autant plus pénible à manier qu’on sait sur quoi il a débouché. Ensuite, il y a la responsabilité que l’on prend en menant pareil ouvrage. » Entretien avec Olivier Mannoni, auteur de Traduire Hitler (Ed. Heloïse d’Ormesson, 2022)