2020-06 - UPPAChoixEnvironnement

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA)
PDF
Vous êtes ici :
  • >
  • > Université de Pau et des Pays de l'Adour : le choix de l'environnement

L'Université fait le choix de l'environnementUne puissance expérimentale unique sur le territoire

Réputée pour l'excellence de ses formations, de ses équipements et de ses travaux de recherche dans le domaine de la transition énergétique et environnementale, l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA) se donne les moyens de bâtir sur le territoire un avenir meilleur et plus respectueux des ressources naturelles.

Une rivière expérimentale pour étudier les poissons dans leur milieu naturel, un plateau consacré à l'hydrodynamique côtière en conditions extrêmes, des outils expérimentaux dédiés au traitement thermique de déchet et de biomasse... La liste est longue des équipements de pointe dont dispose l'UPPA dans le domaine de la transition énergétique et environnementale. Rassemblées dans la vingtaine de plateaux thématiques formant le centre de services instrumental UPPA-Tech, ces installations composent une puissance expérimentale unique sur le territoire, propice à l'innovation et au rayonnement de l'université à l'international.

L'excellence du corps professoral et des filières de formation, couplée précisément à la qualité des équipements, a contribué à l'obtention en 2017 du label ''Initiatives Science, Innovation, Territoires, Économie'', l'une des actions du programme d'investissements d'avenir. Ce prestigieux label doté de moyens conséquents consacre la stratégie ambitieuse portée par l'université dans le cadre de son projet E2S-UPPA : ''Solutions pour l'Énergie et l'Environnement''. « E2S-UPPA vise à renforcer plus encore nos domaines d'excellence, notamment dans les géosciences et l'énergie, et à consolider nos compétences environnementales, résume Isabelle Baraille, vice-présidente de la commission recherche de l'UPPA. Cette montée en puissance s'appuie en particulier sur l'ouverture de nouvelles filières de formation rares et pointues, à l'instar du Master en matériaux bio-inspirés qui ouvrira à la rentrée prochaine, ainsi que sur le recrutement des meilleurs enseignants-chercheurs, en France ou à l'étranger. »

Une attractivité durable

L'ouverture en 2019 à Anglet de la chaire d'excellence HPC Waves (High performance computing of waves), portée par Volker Roeber, est emblématique de cette volonté de conjuguer la recherche de très haut niveau avec les enjeux locaux. Spécialisé dans la modélisation numérique des vagues, reconnu internationalement pour son expertise, Volker Roeber s'attache aujourd'hui à modéliser les vagues côtières du littoral basque. Son ambition ? Tendre vers l'analyse en temps réel des risques côtiers.

Recrutée fin 2018 pour porter la nouvelle chaire en biomimétisme MANTA (Marine materials), Susana de Matos Fernandes fait elle aussi partie de ces perles rares qui permettent à l'université d'explorer de nouveaux champs. Spécialisée dans l'étude des polymères naturels, la chercheuse a exercé ses talents au Portugal, en Espagne et en Suède avant de rejoindre l'UPPA. Elle conçoit aujourd'hui des biomatériaux révolutionnaires sans impact pour l'écosystème marin. Son arrivée auprès du chercheur palois Laurent Billon, qui développe depuis plusieurs années déjà des matériaux inspirés du monde animal et végétal, préfigure de surcroît la naissance sur la Côte basque d'un pôle d'exception dédié au biomimétisme, IPREM Océan, agrégeant recherche, formation et partenariats.


Susana de Matos Fernandes

L'excellence au service du territoire

En outre, c'est en développant des partenariats à l'international, en nouant des liens avec des universités prestigieuses ou avec les laboratoires les plus remarquables, que l'UPPA entend concilier excellence et ancrage local. Le hub international NEW PORES  (New frontiers in porous materials), bâti avec l'université américaine Northwestern dans le but de développer des applications relatives à la sécurité du stockage de CO2, témoigne de cette ambition.

Le futur laboratoire international MacLife (Management and climate impacts on freshwater ecosystems), associant l'université californienne de Berkeley, l'université espagnole du Pays Basque (UPV-EHU) et l'UMR ECOBIOP (Écologie comportementale et biologie des populations de poissons) de Saint-Pée-sur-Nivelle (INRAe/UPPA), s'inscrit dans la même logique. Une stratégie durable, qui peut se réduire à une formule : ''Think global, act local''.