L’UPPA signe une convention avec la French Tech Pau Béarn pour dynamiser l’écosystème d’innovation

Dans le cadre du plan France 2030 de revitalisation économique de la France, Laurent Bordes, président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, et Vincent Escudé, président de la French Tech Pau Béarn, ont signé, mardi 9 janvier 2024, une convention de partenariat leur permettant d’accroître la dynamisation de leur écosystème commun.

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) est lauréate de l’appel à projets Pôles universitaires d’innovation (PUI), dans le cadre du plan d’investissement France 2030, avec son projet Sud-Aquitaine Innovation (SAI)* Le PUI ambitionne une plus grande proximité entre le monde industriel et les laboratoires de recherche, une intensification de l’esprit d’entreprendre à l’attention des plus jeunes, ainsi qu’une accélération du transfert des résultats de la recherche académique au travers de la création d’entreprises innovantes portant des technologies de rupture. Il se doit d’être en prise forte avec l’ensemble des acteurs de l’innovation du territoire qu’il couvre.

Dans ce cadre, l’association French Tech Pau Béarn et l’UPPA ont signé, mardi 9 janvier 2024, une convention de partenariat leur permettant d’accroître la dynamisation de leur écosystème commun. Les objectifs communs sont de promouvoir l’innovation, le territoire, son économie et ses formations, et de favoriser la création d’entreprises innovantes. L’UPPA et la French Tech Pau Béarn, qui accompagnent, fédèrent et font rayonner l’innovation béarnaise, vont ainsi pouvoir coordonner leurs actions, en particulier pour l’intensification des partenariats entre les jeunes entreprises innovantes du territoire et l’ensemble des missions et services de l’UPPA (formation, recherche, infrastructures instrumentales), pour la promotion de l’entrepreneuriat des étudiants et chercheurs de l’UPPA, pour l’insertion professionnelle des étudiants et pour le partage des meilleures pratiques d’accompagnement des porteurs de projet.

Des temps d’échanges entre les porteurs de projets et les chefs d’entreprise du réseau French Tech Pau Béarn seront mis en place afin d’accélérer les projets de transfert des résultats de la recherche académique, au travers notamment de la création de start-ups. Ces échanges pourront se tenir au sein du start-up studio « Étincelles » de l’UPPA mis en place dans le cadre du PUI Sud-Aquitaine Innovation.

Des visites et rencontres des laboratoires de recherche de l’UPPA seront également organisées, et la French Tech Pau Béarn sera intégrée aux événements organisés par l’UPPA (hackathons doctorants, escape games pour la promotion de l’entrepreneuriat, salons étudiants/entreprises, job dating alternance, journées de l’innovation).

* L’UPPA est chef de file du projet Sud-Aquitaine Innovation dont les autres membres fondateurs sont le CNRS, INRAE, Inria, Aquitaine Science Transfert et l’Adera, et qui regroupe plus de 50 partenaires du territoire engagés dans la promotion de l’innovation. Notre PUI bénéficie d’une subvention de 5,5 millions d’euros du plan d'investissement France 2030 pour 4 ans et permettra le recrutement de 13 collaborateurs.

 

Laurent Bordes, président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour :

« Le partenariat, l’innovation et l’entrepreneuriat sont au cœur de la stratégie de l’UPPA. Récemment labellisée Pôle universitaire d’innovation (PUI) via son projet Sud-Aquitaine Innovation, l’UPPA entend fédérer les forces vives de l’innovation, en particulier dans les domaines des transitions énergétiques et environnementales, dans le respect des missions de chaque acteur de l’écosystème et au bénéfice du développement économique des Pays de l’Adour. Ce partenariat avec la French Tech Pau Béarn tombe à point nommé ; je suis convaincu qu’il sera une brique essentielle du PUI et qu’il contribuera à l’élan France 2030 sur un territoire ô combien singulier par son attractivité et son dynamisme économique. »

 

Vincent Escudé, président de la French Tech Pau Béarn :

« Je suis ravi de ce nouveau partenariat qui, j’en suis sûr, s’inscrira dans la durée tant les bénéfices sont évidents et partagés. Cela promet des rencontres riches d’opportunités entre le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche et celui de l’écosystème start-up. »