Des innovations pédagogiques à explorer... en ligne !

Par La Direction de la communication

La crise sanitaire a bouleversé les méthodes d'apprentissage. Tour d'horizon des initiatives remarquables et des outils pédagogiques à valoriser.

Les confinements successifs ont entraîné une accélération sans précédent des moyens technologiques déployés dans l'enseignement supérieur. À l'UPPA, le plan d'urgence du numérique s'est par exemple traduit par l'installation d'une cinquantaine de bornes Wi-Fi, le passage à très haut débit entre les différents sites de l'université, la distribution de kits de connexions à distance... Outre les moyens technologiques, le passage à l'enseignement à distance a permis d'expérimenter de nouvelles méthodes d'apprentissage hybrides qui se sont révélées particulièrement enrichissantes. Nombre d'entre elles sont aujourd'hui l'objet d'une réflexion approfondie au sein de l'UPPA, notamment dans le cadre de Conseils de perfectionnement  chargés de suivre, réguler et optimiser les formations.

De nouvelles interactions


Nicolas Evain
« Certes, tout n'est pas rose, mais l'enseignement à distance ouvre assurément des perspectives inédites, notamment en terme d'interactions entre les professeurs et les étudiants, observe d'emblée Nicolas Evain, en L3 Informatique à Anglet. Un étudiant peut partager son écran avec les autres participants, poser des questions via le chat, un enseignant peut soumettre aux étudiants un questionnaire en ligne via une application de type wooclap pour s'assurer en temps réel qu'ils ont bien compris son cours... »  Inscrit lui aussi en L3 informatique, Valentin Despiau-Pujo acquiesce d'autant que le confinement lui a permis de gagner chaque jour 1h30 de trajet en voiture pour se rendre sur le campus de Pau. « La diffusion des cours à distance permet de surcroît d'éviter les problèmes rencontrés dans les amphis lorsque nous sommes assis trop loin, que nous entendons mal le professeur ou que nous sommes gênés par un reflet sur l'écran au mur », ajoute-t-il. Les deux étudiants relèvent également la possibilité technique pour les professeurs de créer des canaux privés et de répartir très facilement les étudiants dans des petits groupes virtuels. « J'ai eu l'occasion d'utiliser cet outil et c'est vraiment idéal pour travailler en équipe réduite, témoigne Nicolas Evain. Nous ne sommes pas seuls et le professeur peut nous rejoindre à tout moment pour discuter avec nous. »

La classe inversée


Valentin Despiau-Pujo
L'enregistrement des cours en ligne offre par ailleurs un avantage considérable. Cette pratique  n'est pas suffisamment répandue à l'UPPA, regrette Nicolas Evain, convaincu pourtant qu'elle serait d'une aide précieuse dans l'apprentissage. « Il est parfois difficile de rester concentré devant son écran plusieurs heures d'affilée. Si les cours étaient enregistrés, les étudiants pourraient étudier à leur rythme, revenir sur ce qu'ils n'ont pas bien compris. » Voire préparer les cours si le professeur réalise la vidéo en amont, complète Ernesto Exposito, professeur d'informatique et vice-président de l'UPPA en charge des relations internationales. Du reste, ajoute l'enseignant, le confinement a été l'occasion pour l'université d'autoriser les étudiants à se connecter à distance sur le réseau virtuel privé (VPN) de l'université via des tunnels sécurisés. « Auparavant, ce dispositif était en priorité réservé aux personnels administratifs. Il permet désormais aux étudiants de continuer à travailler à la maison même quand l'UPPA est fermée, nous nous orientons vers un véritable campus connecté. » Bibliothèque, ressources et  serveurs sont de plus en plus accessibles à distance. « C'est un nouvel environnement qui s'ouvre à nous, s'enthousiasme Nicolas Evain. Nous avons maintenant accès depuis chez nous à certains logiciels et ressources nécessaires à la formation. C'est une super initiative à améliorer ! »  Valentin Despiau-Pujo avance cependant deux réserves à l'extension de ces nouveaux outils d'apprentissage : « Il est indispensable que chaque étudiant dispose au préalable d'une bonne connexion, du matériel adéquat, et surtout de maintenir les examens en présentiel. »